Le cinéma de Sembène Ousmane, une (double) contre-ethnographie - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Ethnologies Year : 2010

Le cinéma de Sembène Ousmane, une (double) contre-ethnographie

Abstract

This article begins with a brief sketch of the intellectual biography of Sembène Ousmane (his real name, Ousmane Sembène being his pen name) in order to highlight the connections between his productions and his life as a Senegalese. At the same time, looking at the progression of the titles of his novels from French to Wolof, from Docker noir (1956) to Xala (1973), it attemps to explain his passage from novel writing to filmmaking. Secondly, we look at the internal consistency of his films from La Noire de... (1966) to Moolaadé (2004), with Mandabi (1968), Ceddo (1976) or Camp de Thiaroye (1988) in between. These films all centre around a crisis caused by an encounter with an Other (or Others), more specifically the sudden introduction of multiple foreign elements into a social setting, thereby provoking confrontation/transformation. This double counter-ethnography , portrayal of the Self, portrayal of the Other, neither being One but Many, multiplied/divided is poethics (poetics and ethics) linked to a personal commitment of the writer-filmmaker to redefine the image of Africa on the screen. In this sense, his work runs counter, notably if implicitly, to a certain type of ethnographic film of which Jean Rouch was the figurehead with his documentaries Les Maîtres fous (1954) or Mammy Water (1966).
Dans un premier temps, cet article brosse brièvement une biographie intellectuelle de Sembène Ousmane pour faire ressortir les rapports entre sa production et sa trajectoire de sujet sénégalais, Ousmane Sembène de son vrai nom, devenu le romancier et cinéaste Sembène Ousmane. Du même coup, à partir d’une lecture de l’évolution des titres de ses romans du français au wolof, du Docker noir (1956) à Xala (1973), il tente d’expliquer son passage de l’écrit à l’écran. Dans un deuxième temps, ce texte montre la cohérence interne de oeuvre cinématographique de La Noire de... (1966) à Moolaadé (2004), en passant par Mandabi (1968), Ceddo (1976) ou Camp de Thiaroye (1988). Ces films qui, tous, mettent en scène une crise suite à une rencontre avec l’Autre (ou d’autres), plus spécifiquement l’irruption d’un ou des éléments étrangers dans un corps social jamais un mais multiple, divers dans un procès de confrontation/transformation. Cette double contre-ethnographie, portrait de Soi et portrait de l’Autre, ni Soi ni l’Autre n’étant un, mais multiple, divers/divisé est une poéthique (poétique et éthique) liée à un engagement personnel de l’écrivain-cinéaste pour une redéfinition de l’image de l’Afrique sur les écrans. En ce sens, son travail se fait notamment, du moins implicitement, contre un certain cinéma ethnographique dont Jean Rouch a été la figure de proue avec des documentaires comme Les Maîtres fous (1954) ou Mammy Water (1966).
JJ2010CinémaSembèneOusmane(c).pdf (237.61 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
No file

Dates and versions

hal-04051295 , version 1 (31-03-2023)

Identifiers

Cite

Jean Jonassaint. Le cinéma de Sembène Ousmane, une (double) contre-ethnographie. Ethnologies, 2010, 31 (2), pp.241-286. ⟨10.7202/039372ar⟩. ⟨hal-04051295⟩
32 View
3 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More