Les systèmes alimentaires de l'Anthropocène : résilients, durables et apprenants - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Systèmes alimentaires / Food Systems Year : 2023

Les systèmes alimentaires de l'Anthropocène : résilients, durables et apprenants

Sophie Michel
Séverine Saleilles
Bertrand Valiorgue

Abstract

La période 2020-2022 a été marquée par le surgissement de multiples crises qui ont mis les systèmes alimentaires à rude épreuve. Nous pouvons en premier lieu évoquer le surgissement de la COVID 19, dont la rapidité de déploiement à l’échelle planétaire est la résultante d’une interconnexion des sociétés humaines à travers des niveaux de flux de population et de biens qui n’ont jamais été aussi importants. Ces flux et ces interconnexions sont notamment générés par un mode de développement urbain qui nécessite d’aller chercher et de transporter des ressources alimentaires bien au-delà des frontières nationales (Rastoin et Ghersi, 2010). Plus les sociétés humaines s’urbanisent, plus les systèmes alimentaires s’allongent et sont connectés les uns aux autres (Rastoin, 2022). La crise Covid 19 souligne aussi les empiètements sur le domaine du sauvage qui facilitent la circulation des virus entre les espèces sur une échelle géographique désormais globalisée (Rastoin, 2020). La guerre en Ukraine est également un évènement qui concerne et impacte directement les systèmes alimentaires. L’Ukraine est en effet une puissance agricole de premier plan dont les productions en blé et oléagineux sont indispensables pour nourrir des populations situées en Afrique ou au Moyen-Orient. La mainmise de la Russie sur les terres agricoles ainsi que sur toutes les infrastructures portuaires perturbe les équilibres alimentaires mondiaux. À travers la guerre en Ukraine, la Russie cherche à sécuriser ses approvisionnements mais également à peser politiquement et économiquement sur les équilibres alimentaires mondiaux car ses dirigeants anticipent une raréfaction des denrées alimentaires du fait de la nouvelle donne climatique qui s’installe (Valiorgue, 2023). La sécheresse historique de l’été 2022 constitue enfin une troisième crise qui a fortement mis à l’épreuve les systèmes alimentaires à l’échelle du globe. En dépit de ces crises historiques qui se cumulent et s’amplifient, force est de constater que nos systèmes alimentaires ont tenu bon car il n’y a pas eu de ruptures alimentaires majeures. Les systèmes alimentaires ont encaissé les chocs et sont parvenus à maintenir des états de fonctionnement et des niveaux de performance proches des conditions initiales. Ils ont fait preuve de résilience. Ces trois crises historiques ne viennent pas de nulle part et elles peuvent être plus généralement repositionnées dans le contexte général d’une grande transformation des équilibres géologiques du système Terre. Cette transformation, dont les humains sont directement à l’origine, est si importante que certains considèrent que nous sommes en train de passer d’une époque géologique à une autre. Nous sortons de l’Holocène pour entrer dans l’Anthropocène (Bonneuil et Fressoz, 2016) et ce passage a des impacts considérables sur les systèmes alimentaires (Valiorgue, 2020). En effet, ce grand basculement dans l’Anthropocène et les événements politiques qu’il engendre percutent directement et frontalement les systèmes alimentaires qui sont confrontés à des environnements - à la fois naturels et institutionnels - qui deviennent structurellement volatils, incertains, complexes et ambigus. C’est dans ce contexte inédit que le terme de résilience s’est imposé pour décrire un état supposé des systèmes alimentaires capables d’encaisser les multiples chocs et crises désormais inscrits dans le présent et le futur des sociétés humaines. Si l’emploi de ce terme semble aujourd’hui se généraliser, nous souhaitons revenir dans l’introduction de ce numéro spécial sur les ambiguïtés et certaines fragilités que la notion de résilience charrie. À la suite de Rastoin (2020) qui plaidait dans l’éditorial de Systèmes Alimentaires / Food Systems pour une « résilience pro-active », à l’encontre du sens étymologique de « sauter en arrière », nous souhaitons revenir sur la dimension construite, organisationnelle et partagée de la résilience. Par ailleurs, la qualité de résilient ne peut suffire à décrire ce qui semble devoir être les caractéristiques et les trajectoires des systèmes alimentaires de l’Anthropocène. Ces derniers devront également être durables, c’est-à-dire capables d’avoir des impacts positifs sur le système Terre afin de limiter les dégradations environnementales et de ne pas dépasser certaines limites planétaires dont le respect conditionne le maintien de l’espèce Homo Sapiens (Rockström et al., 2019). Les systèmes alimentaires devront enfin être apprenants, afin de renouveler les institutions et les stocks de connaissance face à des environnements (naturels et institutionnels) qui vont se transformer dans des proportions, des rythmes et des directions qui ne peuvent être connus à l’avance. Nous terminons l’introduction par une présentation des articles qui composent ce numéro spécial et qui enrichissent notre compréhension des dynamiques collectives en lien avec la résilience et les transitions des systèmes alimentaires dans le contexte Anthropocène.
Fichier principal
Vignette du fichier
0.Introduction_200223_bv.pdf (219.6 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04039615 , version 1 (21-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04039615 , version 1

Cite

Sophie Michel, Séverine Saleilles, Bertrand Valiorgue. Les systèmes alimentaires de l'Anthropocène : résilients, durables et apprenants. Systèmes alimentaires / Food Systems, 2023, 8, pp.169-182. ⟨hal-04039615⟩
99 View
82 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More