Les nouveaux fronts du dénialisme et du climato-scepticisme - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2023

The new fronts of denialism and climate skepticism

Les nouveaux fronts du dénialisme et du climato-scepticisme

Abstract

As early as 1912, some warned of the effects of massive CO2 emissions into the atmosphere by the new industrial era. As early as the late 1970s, internal studies by the fossil fuel industries made accurate projections linking global warming to CO2 emissions, predicting at the same time "dramatic environmental effects to come before the year 2050". Meanwhile, these same companies, especially ExxonMobil, tried to convince the public that it was impossible to establish a causal link between fossil fuel use and global warming because the models used to model climate response were too uncertain. Since the 1970s, advances in climate science have provided an increasingly clear statement of the reality of global warming (see IPCC Group I report, Chapter 1), while the 2021 IPCC report states that "there is unequivocal evidence that human influence has warmed the atmosphere, ocean and land." As global warming intensifies in every region of the world (the year 2022 being emblematic) and its impacts worsen, this decade is critical to resolutely engage in a decrease of greenhouse gas emissions. Despite this, we are witnessing an intensification of the activity of online denialist and climate-skeptic groups and an upward revision of the emission targets of most of the oil majors that have just announced record annual profits (e.g. BP). In France, the intensification of denialist activism has been particularly marked since July 2022, with a triple climate-related news: a series of extreme events, the holding of COP27 with a strong presence of fossil fuel industries, and finally the convergence of global warming issues with those of the security of oil and gas supply due to the war in Ukraine. This study describes some of the strategies implemented by climate skeptic and denialist activists on Twitter to gain influence, quantifies their effects and highlights potential geopolitical motivations alongside the political and economic dimensions already present. It relies on methodologies developed at the CNRS at CAMS and at the Institut des Systèmes Complexes in Paris. Beyond "fact-checking", this study aims at a better understanding of the circulation of different narratives related to climate change and in particular those related to disinformation.
Dès 1912, certains ont mis en garde contre les effets d’émissions massive de CO2 dans l’atmosphère par la nouvelle ère industrielle. Dès la fin des années 1970, les études internes des industries fossiles ont établi des projections précises liant le réchauffement de la planète aux émissions de CO2 , prédisant à la même occasion des “effets environnementaux dramatiques à venir avant l’année 2050”. Pendant ce temps, ces mêmes entreprises, et en particulier ExxonMobil, ont tenté de convaincre le public qu’il était impossible d’établir un lien de causalité entre l’utilisation de combustibles fossiles et le réchauffement climatique parce que les modèles utilisés pour modéliser la réponse du climat étaient trop incertains. Depuis les années 1970, les avancées des sciences du climat n’ont cessé de dresser un constat de plus en plus clair sur la réalité du réchauffement climatique (voir le rapport du groupe I du GIEC, chapitre 1), tandis que le rapport du GIEC de 2021 indique qu’“il est sans équivoque que l’influence humaine a réchauffé l’atmosphère, l’océan et les terres”. Alors le réchauffement climatique s’intensifie dans chaque région du monde (l’année 2022 étant emblématique) et que ses impacts s’aggravent, cette décennie est critique pour engager résolument une baisse des émissions de gaz à effet de serre. Malgré cela, nous assistons à une intensification de l’activité de groupes dénialistes et climato-sceptiques en ligne et à une révision à la hausse des objectifs d’émission de la plupart des majors pétrolières qui viennent pourtant d’annoncer des bénéfices annuels records (ex. BP). En France, l’intensification du militantisme dénialiste a été particulièrement marquée depuis juillet 2022 avec une triple actualité climatique : une série d’événements extrêmes, la tenue de la COP27 avec un poids fort des industries fossiles, et enfin la convergence des les enjeux du réchauffement climatique avec ceux de la sécurité d’approvisionnement en pétrole et en gaz du fait de la guerre en Ukraine. Cette étude décrit certaines des stratégies mises en œuvre par les militants climatosceptiques et dénialistes sur Twitter, quantifie leurs effets et met en avant de potentielles motivations géopolitiques aux côté des dimensions politiques et économiques déjà présentes. Elle s’appuie sur les méthodologies développées au CNRS au CAMS et à l’Institut des Systèmes Complexes de Paris. Au-delà du “fact-checking”, cette étude vise à une meilleure compréhension de la circulation des différents narratifs liés au changement climatique et en particulier ceux relevant de la désinformation.
Fichier principal
Vignette du fichier
Etude_CNRS_Climatoscope.pdf (23.85 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Licence : CC BY NC SA - Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Dates and versions

hal-03986798 , version 1 (13-02-2023)
hal-03986798 , version 2 (07-03-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : hal-03986798 , version 2

Cite

David Chavalarias, Paul Bouchaud, Victor Chomel, Maziyar Panahi. Les nouveaux fronts du dénialisme et du climato-scepticisme : Deux années d'échanges Twitter passées aux macroscopes. 2023. ⟨hal-03986798v2⟩
3194 View
596 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More