Secours ou entrave à l’action publique ? Les élus locaux face à l’État dans les territoires mono-industriels à risques - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Sciences de la société : Les cahiers du LERASS Year : 2013

Aid or hindrance to policy making ? Local elected representatives faced with State in the mono-industrial risks areas

Secours ou entrave à l’action publique ? Les élus locaux face à l’État dans les territoires mono-industriels à risques

Abstract

In the Durance valley (in French region Provence-Alpes-Côtes-d’Azur), when comparing over a long period the relations between three isolated big factories and their areas, we can see interactions between involved stakeholders, especially the deconcentrated State services and private companies : to build infrastructure for collective equipment, to face periods of decline or increase in activity and staff, and to cope with industrial risks that threaten the environment. In 1980-90 years, a gradual disinvestment of industries is observed toward local sociability (decline of industrial paternalism) and about town and country planning ; a gradual decline of the State is observed about socio-economic development planning. Therefore, local elected representatives have to face this dual disengagement : they must answer new demands and are also confronted with new constraints. Because they are often current and former employees of these factories, they face the situation according to their social inscriptions and their personal stories in these mono-industrial areas. For these reasons, the frame of their actions is restricted, even when the State becomes a controller since the 2000s. Far from relaying new public action frames, they oppose it when it threatens their habitual ways of thinking and their prospected future. Top of
L’analyse comparée des relations entre trois établissements industriels isolés et leurs territoires dans la vallée de la Durance fait voir sur la durée des jeux d’acteurs entre les services déconcentrés de l’État et les entreprises pour créer des infrastructures d’équipement collectif, pour affronter les périodes de baisse ou de hausse d’activité et d’effectifs, et pour faire face aux risques industriels susceptibles de menacer l’environnement. Les années 1980-90 enregistrent le désengagement progressif des industries de l’organisation des sociabilités locales (déclin du paternalisme industriel) et de l’aménagement des territoires environnants ; elles marquent un recul progressif de l’État dans la programmation en matière de développement socio-économique. De ce fait, les élus locaux sont appelés à répondre à de nouvelles opportunités et contraintes consécutives à ce double désengagement. Souvent salariés et anciens salariés de ces industries, ils se trouvent dépendants pour y faire face de leurs inscriptions sociales et de leurs histoires personnelles dans ces territoires mono-industriels qui bornent l’horizon de leur action, y compris quand l’État change de mode d’intervention, depuis les années 2000, en devenant surtout un État contrôleur. Loin de relayer l’action publique, ils s’en montrent souvent les contempteurs.

Dates and versions

hal-03558785 , version 1 (04-02-2022)

Identifiers

Cite

Cesare Mattina, Pierre Fournier. Secours ou entrave à l’action publique ? Les élus locaux face à l’État dans les territoires mono-industriels à risques. Sciences de la société : Les cahiers du LERASS, 2013, L'État et ses territoires, 90, pp.128-148. ⟨10.4000/sds.608⟩. ⟨hal-03558785⟩
25 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More