Vichy face aux instituteurs. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire - Archive ouverte HAL Access content directly
Books Year : 2021

Vichy face aux instituteurs. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire

Abstract

Arrivé au pouvoir à l’été 1940, le Gouvernement de Vichy présente, dans le cadre de la Révolution nationale qu’il entend conduire, une réforme de l’enseignement en rupture avec les fondements de l’École républicaine et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres : les programmes scolaires obéissent notamment à des principes réactionnaires et une sélection plus précoce est instaurée. Pourtant, sous la Troisième République le corps des instituteurs, partageant des valeurs humanistes et très fortement constitué autour d’institutions républicaines (École normale, Syndicat national des instituteurs) représente un groupe social co-producteur des politiques d’éducation tant du point de vue de leur fabrique au sommet de l’État que de leur application dans les classes. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues éducatives professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. Contre l’idée que seul le Gouvernement vichyssois deviendrait maître en matière de politique éducative, nous proposons de considérer la mise à distance des instituteurs républicains dans le processus de production de l’action publique éducative de manière dynamique. Nous montrons d’abord que les changements impulsés par Vichy (programmes scolaires, nouvelle formation des instituteurs) sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant mobilisée dès le début du 20ème siècle contre les avancées socialistes. Nous montrons ensuite que, malgré l’existence de luttes bureaucratiques, les politiques pensées avant-guerre – et particulièrement celle d’une déconstruction du corps enseignant – font l’objet de décisions au sein du ministère de l’Instruction publique de 1940 à 1942 et commencent à trouver des applications concrètes sur le terrain au début de la période vichyste. Nous montrons enfin que le contexte de guerre et d’occupation qui touche la zone occupée dès 1941 et la zone libre à partir de 1942 limite les réformes structurelles de l’éducation et spécifiquement le renouvellement du corps enseignant : les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs républicains – qui conservent un rôle majeur au quotidien – entravent dès lors les politiques décidées au sommet de l'État français. Au final, cette thèse contribue donc à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique qui s’échoue ici sur une forme d’inertie de la structuration étatique.
No file

Dates and versions

hal-03528074 , version 1 (17-01-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03528074 , version 1

Cite

Juliette Fontaine. Vichy face aux instituteurs. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire. Dalloz, 2021, Nouvelle Bibliothèque de Thèses, 9782247207459. ⟨hal-03528074⟩
76 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More