Facteurs et limites du retour de la superpuissance agricole russe - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les Études du CERI Year : 2021

Facteurs et limites du retour de la superpuissance agricole russe

Caroline Dufy

Abstract

Trente ans après l’effondrement productif des années 1990, la Russie a regagné un statut de superpuissance agricole. En 2019, elle se classait aux premiers rangs mondiaux pour l’exportation de denrées alimentaires comme le blé (premier rang en 2016) et les graines de tournesol (deuxième rang). Elle est en outre le premier producteur de betteraves sucrières, le quatrième de pommes de terre et de viande de poulet, le sixième de lait de vache1. Dotée d’un potentiel agricole exceptionnel, premier pays par la taille de son territoire et cinquième par sa surface agricole, la Russie renoue avec une tradition de puissance agricole. La renaissance spectaculaire d’une agriculture sortie exsangue des programmes de transition à l’économie de marché menés dans les années 1990 s’est progressivement affirmée à partir de la décennie 2000. Entre contexte mondial de croissance de la demande et modèle d’autonomisation de la consommation agricole nationale, ce redressement doit beaucoup à l’Etat pour lequel l’agriculture est un double symbole : à la fois fer de lance de la restauration de la souveraineté nationale et signe d’une puissance céréalière rétablie sur les marchés internationaux.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021-dufy-article-etude-254-255.pdf (369.17 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03384800 , version 1 (19-10-2021)

Licence

Identifiers

Cite

Caroline Dufy. Facteurs et limites du retour de la superpuissance agricole russe. Les Études du CERI, 2021, Regards sur l’Eurasie. L’année politique 2020, 254-255, pp.48-53. ⟨10.25647/etudesduceri.254-255.07⟩. ⟨hal-03384800⟩
61 View
155 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More