Are sunscreen UV filters polluting our beaches? A case study from consumer habits to water analysis on the French Mediterranan Coast Coauthors - Archive ouverte HAL Access content directly
Poster Communications Year : 2021

Are sunscreen UV filters polluting our beaches? A case study from consumer habits to water analysis on the French Mediterranan Coast Coauthors

Les filtres UV des crèmes solaires polluent-ils nos plages ? Les habitudes des utilisateurs confrontées à une analyse des eaux de baignade sur la côte méditerranéenne française

(1) , (1) , (1) , (2, 1) , (3) , (3) , (4) ,
1
2
3
4

Abstract

Sunscreens are of emerging concern regarding environmental health because, during bathing activity, the UV filters incorporated in high concentration can be released from the consumer’s skin to the coastal ecosystem. In order to assess this release from beachgoers into seawater, a field campaign was carried out during the summer of 2017 at three beaches in Marseille, along the French Mediterranean coast. A social survey analyzed beachgoer attendance, the quantities and types of suncare products used and the bathing frequencies, while the bathing water was analyzed spatially and temporally so as to quantify both mineral and organic UV filters directly released and recovered.During the peak recreational time at the three beaches, both mineral and organic UV filters were detected in higher concentrations in the bathing area than offshore. Moreover, higher concentrations were recovered in the water top surface layer than in the water column, ranging at 10-1000 μg/L for mineral and 10-500 ng/L for organic UV filters. More than 75% of the 471 interviewees reported bathing every time they go to the beach, with 68% using a suncare product 2.6 times on average. We could estimate that an average mass of 52 kg/day or 1.4 t/month of suncare products are possibly released into bathing water for a beach attended by 3,000 people daily. Our study revealed two distinct scenarios for the mineral and organic filters. While up to 45% of the mineral filters used by beachgoers were recovered in the seawater, the organic filters were minimally recovered, most likely due to internalization through the skin barrier or partial photodegradation.
Les crèmes solaires sont une préoccupation croissante en termes d’impact environnemental car, pendant l'activité de baignade, les filtres UV incorporés en forte concentration peuvent être libérés de la peau du consommateur vers l'écosystème côtier. Afin d'évaluer ce rejet des baigneurs dans l'eau de mer, une campagne de terrain a été menée durant l'été 2017 sur trois plages de Marseille, le long de la côte méditerranéenne française. Une enquête sociétale a analysé la fréquentation des plageurs, les quantités et types de produits solaires utilisés et les fréquences de baignade, tandis que les eaux de baignade ont été analysées spatialement et temporellement de manière à quantifier les filtres UV minéraux et organiques directement rejetés et récupérés.Pendant la période de pointe de fréquentation sur les trois plages, les filtres UV minéraux et organiques ont été détectés à des concentrations plus élevées dans la zone de baignade qu'au large. De plus, des concentrations plus élevées ont été mesurées dans la couche superficielle de l'eau que dans la colonne d'eau, allant de 10 à 1000 μg/L pour les filtres UV minéraux et de 10 à 500 ng/L pour les filtres UV organiques. Plus de 75 % des 471 personnes interrogées ont déclaré se baigner à chaque fois qu'elles vont à la plage, et 68 % s’appliquent un produit solaire 2,6 fois en moyenne. Nous avons pu estimer qu'une masse moyenne de 52 kg/j ou 1,4 t/mois de produits solaires sont susceptibles d'être rejetées dans les eaux de baignade pour une plage fréquentée par 3 000 personnes quotidiennement. Notre étude a révélé deux scénarios distincts pour les filtres minéraux et organiques. Alors que jusqu'à 45% des filtres minéraux utilisés par les baigneurs ont été quantifiés dans l'eau de mer, les filtres organiques n'ont été que très peu récupérés, très probablement en raison d'une internalisation à travers la barrière cutanée ou d'une photodégradation partielle.
Fichier principal
Vignette du fichier
DRIIHM2021_JLabille.pdf (1.54 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03373825 , version 1 (11-10-2021)

Identifiers

Cite

Jérôme Labille, Danielle L. Slomberg, Riccardo Catalano, Olivier Radakovitch, Samuel Robert, et al.. Are sunscreen UV filters polluting our beaches? A case study from consumer habits to water analysis on the French Mediterranan Coast Coauthors. International Symposium of LabEx DRIIHM, Sep 2021, Toulouse, France. , 2021, ⟨10.34972/driihm-12a97c⟩. ⟨hal-03373825⟩
92 View
68 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More