La promesse d’éternité que semblent formuler certains réseaux sociaux peut-elle constituer une des raisons de commettre un acte radical ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les Cahiers Protagoras Year : 2017

La promesse d’éternité que semblent formuler certains réseaux sociaux peut-elle constituer une des raisons de commettre un acte radical ?

Abstract

Dans le cadre d’un programme de recherche, que nous sommes en train de construire, sur les traces que nous laissons en utilisant des artefacts numériques, nous émettons l’hypothèse qu’un certain nombre d’internautes, de façon plus ou moins consciente, s’inscrivent dans une présence sur le Web et en particulier sur les réseaux sociaux pour viser une certaine dimension de permanence, y compris au-delà de leur propre existence. Les Internautes laisseraient volontairement des traces, pour, inconsciemment, accéder à une forme d’« éternité virtuelle » (Baudrillard, 1990). Il nous a semblé intéressant, dans le cadre de la journée d’étude Protagoras « Communiquer (sur) la radicalité́ » d’examiner comment cette hypothèse pouvait s’appliquer à la perpétration d’actes aussi radicaux que des assassinats ou des attentats-suicides : la promesse d’éternité que semblent formuler certains réseaux sociaux peut-elle constituer une des raisons de commettre de tels actes radicaux ? La volonté de mourir en martyr au cours d’un acte terroriste suicidaire peut être motivée par la volonté de vivre éternellement dans la mémoire d’un groupe de combattants (Kruglanski, A., & Fishman, S., 2009, p. 10) (de la Corte Ibáñez, 2014, p. 21). Plus récemment, Al-Qaïda a mis en avant la dimension “éternelle” des informations diffusées sur Internet : « Nous demandons instamment aux professionnels musulman de l’Internet de répandre et disséminer les informations sur le Djihad à travers des listes d’e-mails, des groupes de discussion et leurs propres sites web […] Ainsi, même si nos sites sont fermés, la documentation continuera à vivre avec la Grâce d’Allah » (Azzam Publications, 2001, cité par Kruglanski, A., & Fishman, S., 2009, p. 10 – traduction libre). Les vidéos d'allégeance à tel ou tel groupe terroriste que tournent certains auteurs d’attentats-suicides avant de passer à l’acte ont été analysées comme de simples engagements sociaux qui scellent la promesse du candidat au suicide de sacrifier sa vie pour un groupe (Atran, 2003, p. 1537). Mais ces vidéos ne peuvent-elles pas, pour les candidats au martyre, représenter, à l’heure de Facebook, YouTube, Periscope et Telegram, une façon “sûre” d’accéder à une forme d’éternité ? Nous nous proposons d’étudier cette hypothèse à travers, entre autres, le cas d’Adel Kermiche, un des deux auteurs d’un acte terroriste à Saint-Étienne-du-Rouvray (France, Seine-Maritime) en juillet 2016. Si cette hypothèse est confirmée, quels enseignements pratiques peut-on en tirer dans le cadre de la lutte contre la radicalisation ? Faut-il faire “ pression” auprès des sites Internet pour qu’ils rappellent à leurs utilisateurs qu’ils ne peuvent pas stocker leurs contenus ad vitam æternam
Fichier principal
Vignette du fichier
Copie de secours de V4.pdf (285.41 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02527786 , version 1 (01-04-2020)

Licence

Attribution

Identifiers

  • HAL Id : hal-02527786 , version 1

Cite

Jacques G. Henno. La promesse d’éternité que semblent formuler certains réseaux sociaux peut-elle constituer une des raisons de commettre un acte radical ?. Les Cahiers Protagoras, 2017, Les Cahiers Protagoras, 5, http://protagoras.ihecs.be/cahiers.html. ⟨hal-02527786⟩
61 View
50 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More