Quel est le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les Cahiers de la LCD Year : 2019

Quel est le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations ?

(1)
1

Abstract

L'air de la ville rend-t-il libre, selon la citation de Max Weber choisie par Sandrine Rui pour introduire le colloque « L'action des villes pour la lutte contre les discriminations » ? Ou bien, pour les personnes discriminées, marcher dans la rue des villes est-il un « petit suicide », d'après l'expression de Louis-Ferdinand Céline citée par Arnaud Alessandrin au sujet de la pratique de l'espace urbain des personnes LGBT ? Le programme ambitieux de ce colloque, réunissant les 23 et 24 avril 2018 des universitaires, des étudiant·es, des élu·es, agent·es, expert·es, membres d'associations, explorait l'ambivalence de l'urbain dans ses rapports aux discriminations. L'ensemble des tables rondes ont permis de confronter et approfondir les définitions de ce qu'est la discrimination. En effet, l'usage du vocable de la discrimination comme clef de lecture scientifique et comme outil de l'action publique, notamment dans les villes, est assez récent en France. Depuis les années 2000, il s'est diffusé, dans une logique verticale : des conventions internationales, au droit de l'Union européenne jusqu'au niveau national et local. L'invention de la discrimination « à la française » est cependant toujours en débat. Ainsi le droit, mal à l'aise avec cette notion, considère le principe de non-discrimination comme « importé ». Les juristes présents au colloque la définissent comme « une différence d'attribution et d'exercice de droits, une distinction entre des personnes dans des situations semblables, fondé sur un ou des critère.s prohibé.s ou neutres mais ayant un effet discriminatoire sur un groupe de personnes et en l'absence de tout motif légitime ou d'une justification objective et raisonnable. 2 » On observe dans cette définition la coexistence d'éléments objectifs, matériels et de la notion de légitimité qui introduit une expérience subjective de la personne discriminée. D'une part, la discrimination agit sur le corps, sur les parcours de vie, sur l'accès aux droits des individu·es et d'autre part, elle est un ressenti de ces barrières, de ces frontières et de ces coups. Lors de la première table ronde, la restitution d'une enquête 3 indique la nouveauté du sentiment de discrimination. De la description d'une sensation d'abandon, on passe désormais à l'expression d'un sentiment de discrimination. Cette évolution aurait suivi trois logiques : premièrement, celle d'une comparaison à autrui, à sa·son voisin·e, cellui dont on peut observer les privilèges ; deuxièmement, par l'expérience personnelle de la discrimination, qui jusque là n'était qu'une hypothèse et troisièmement, l'apprentissage même du terme, relayé par les associations, comme un outil de lutte contre des injustices. La discrimination est donc une nouvelle façon de concevoir les inégalités, les formes de violences, qui a pris sa place par l'interaction entre, d'une part, l'évolution scientifique et juridique, ainsi que l'usage institutionnel de la notion, et d'autre part, l'appropriation par les individu·es concerné·es de ce vocable comme outil d'analyse de leur situation et de lutte. C'est un processus actif que nous avons à analyser, au sein duquel les villes ont un rôle. On observe une ambivalence dans le rapport des institutions à la discrimination, qui sont tant des lieux d'expérience des discriminations que des acteur·ices de diffusion de la notion, de proposition d'initiatives en la matière. Or ces contradictions sont significatrices et motrices de l'évolution d'une notion, de la manière dont elle se matérialise et change. Ce colloque qui réunit des universitaires comme des représentant·es de l'action publique participe à ce processus par la mise en oeuvre d'une démarche réflexive et le constat de ces contradictions, comme par la propositions de réformes ou de bouleversements épistémologiques. En deux journées, le programme était ambitieux : il s'agissait de faire le tour des principales discriminations. Tant celles vécues par les personnes sans-abri ou précaires, que le racisme, le validisme et le capacitisme 1 Pour citer cet article : Elsa Koerner, « Quel est le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations ? Compte-rendu du colloque « Le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations » (23-24 avril 2018) organisé par l'université de Bordeaux, la ville de Bordeaux et l'association ARESVI, Les cahiers de la LCD, vol.9, pp : 118-126, 2019. 2 Hugo Avvenire, doctorant en droit, Toulouse, "Les sans-abris face aux discriminations" 3 Johanna Dagorn et Arnaud Alessandrin, sociologues, Bordeaux "Le sentiment de discrimination dans les villes"
Fichier principal
Vignette du fichier
SyntheÌse colloque LCD - E Koerner.pdf (98.39 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02120193 , version 1 (05-05-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02120193 , version 1

Cite

Elsa Koerner. Quel est le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations ? : Compte-rendu du colloque « Le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations » (23-24 avril 2018) organisé par l’université de Bordeaux, la ville de Bordeaux et l’association ARESVI.. Les Cahiers de la LCD, 2019. ⟨hal-02120193⟩
289 View
142 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More