Synergies ville-campagne et symbioses agricoles dans les territoires agri-urbains, cas du plateau de Saclay - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2017

Synergies ville-campagne et symbioses agricoles dans les territoires agri-urbains, cas du plateau de Saclay

Abstract

Les territoires agri-urbains présentent une diversité de systèmes de production, plus ou moins connectés entre eux et diversement insérés dans les réseaux locaux. En réponse à des enjeux majeurs comme la sécurité alimentaire, le bouclage des cycles biogéochimiques et le changement climatique, émergent des incitations institutionnelles à l’économie circulaire, autrement dit à une gestion plus autonome et internalisée des ressources. Se pose alors la question de la façon dont s’inventent des synergies entre villes et agriculture après plus d’un siècle de déconnexion croissante (Oosterveer et Sonnenfeld, 2012). L’agri-urbain s’impose comme notion fédératrice de dynamiques urbaines et agricoles (Galli et al., 2010, Poulot, 2014). Le sujet reste néanmoins peu abordé du point de vue de la matérialité de cette relation ville-agriculture, autrement dit du point de vue des flux de matières et d’énergie qui caractérisent le métabolisme territorial (Barles, 2014). La quantification de ces flux reste en effet un enjeu scientifique, qu’il s’agisse de flux alimentaires ou de valorisation de matières fertilisantes d’origine résiduaire (MAFOR: effluents d’élevage, boues de STEP, compost de déchets verts, de déchets ménagers, de biodéchets, digestats de méthanisation, biochars, etc.). Si la disponibilité des MAFOR est potentiellement importante dans les aires urbaines, les agriculteurs ne sont pas toujours enclins à les utiliser. Au-delà de la question de l’acceptabilité sociale, il s’agit aussi de comprendre les déterminants de l’usage de ces matières et ainsi pourquoi certains flux se mettent en place dans les territoires et pas d’autres. Par ailleurs, des synergies existent entre différents types d’agriculture et prennent la forme de symbioses agricoles mais restent encore peu visibles et quantifiées alors qu’elles contribuent à ré-internaliser le métabolisme territorial. Une démarche en écologie territoriale a été initiée en 2015 sur le plateau de Saclay, territoire agri-urbain francilien soumis à une forte pression d’aménagement. La démarche a été principalement axée sur la compréhension de l’agro-écosystème de ce territoire. Une analyse des flux d’azote transitant au sein du système agri-alimentaire a permis d’évaluer le degré de connexion entre production et consommation locale (Tedesco et al., accepted). Les résultats montrent que le système agri-alimentaire sur le plateau de Saclay est largement ouvert, externalisé et linéarisé, avec cependant des boucles internes de flux de matières (correspondant à des initiatives de relocalisation alimentaire et de recyclage de matières organiques). Une typologie d’exploitations agricoles a été élaborée pour évaluer l’efficience des différents types au regard des flux d’azote qu’ils mettent en jeu. Nous approfondissons ici la compréhension des flux de matières entre types d’exploitations (ressources alimentaires et déchets) pour (i) expliciter les logiques des agriculteurs qui sous- tendent ces flux, (ii) identifier les matières disponibles sur le territoire et (iii) dresser des perspectives pour envisager des marges de manoeuvre qui permettraient de ré-internaliser davantage le métabolisme. Trois types d’exploitations ont été définis. Le type A correspond à des exploitations céréalières conventionnelles, orientées vers des filières de commercialisation longues. Leurs productions exportées représentent un important flux d’azote sortant du territoire. Le maintien de la fertilité sur ces exploitations est assuré par un recours aux engrais minéraux importés, représentant un important flux d’azote entrant sur le territoire. Les flux d’azote sont donc majoritairement linéaires. Une faible connexion au territoire s’opère tout de même pour quelques exploitations qui s’approvisionnent en composts et/ou fumiers en provenance des exploitations du type B. Le type B correspond à des exploitations plus ou moins engagées dans une diversification, que ce soit sur le type de production ou la filière de valorisation. On y retrouve par exemple une exploitation de polyculture-élevage dont la majorité de la production laitière est commercialisée localement, ainsi qu’une exploitation biologique qui produit du blé bio transformé localement en pain, mais aussi de la luzerne trouvant un débouché pour l’alimentation des bêtes de l’exploitation de polyculture élevage. Dans ce type B se retrouve également un agri-composteur qui produit du compost à partir des déchets verts des collectivités voisines, compost valorisé sur les exploitations de type B ou A. Ces diversifications permettent ainsi un début de bouclage du cycle de l’azote sur le territoire. Néanmoins, le mode de production dominant dans ces exploitations reste similaire au type A, avec des flux d’azote associés principalement linéaires. Enfin, le type C correspond à des petites exploitations spécialisées : maraîchage biologique, élevage de volaille, ou centres équestres. Elles participent au bouclage des cycles de l’azote via leurs productions orientées vers des filières alimentaires ou de loisirs locales, mais également via l’utilisation d’effluents d’élevage locaux (fumier bovin de type B, fumiers équins utilisés en maraîchage). Cependant, du fait de leur petite taille, l’impact de ces exploitations sur les flux globaux du territoire est faible. Parallèlement aux flux associés aux exploitations agricoles, des flux importants d’azote sont associés aux ménages. Ces flux sont majoritairement linéaires, du fait de l’approvisionnement alimentaire principalement externe au territoire, mais également de l’absence de recyclage local des déchets produits par ces ménages (eaux usées, biodéchets). La quantification des flux d’azote du territoire a permis d’identifier la déconnexion entre agriculture et ville sur le territoire du plateau de Saclay. Afin de renforcer les synergies ville-campagne et les symbioses agricoles existantes, la poursuite de la diversification des exploitations pour subvenir aux besoins des ménages et des élevages du territoire paraît nécessaire. La mise en place de filières de recyclage locale pour subvenir aux besoins en azote des exploitations l’est également. Une quantification des flux associés à de tels scénarios reste à réaliser afin de mieux évaluer leur durabilité.
No file

Dates and versions

hal-01708607 , version 1 (13-02-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01708607 , version 1
  • PRODINRA : 421696

Cite

Caroline Petit, Florent Levavasseur, Yoann Verger. Synergies ville-campagne et symbioses agricoles dans les territoires agri-urbains, cas du plateau de Saclay. Colloque international "Agricultures urbaines durables : vecteur pour la transition écologique", Jun 2017, Toulouse, France. 2 p. ⟨hal-01708607⟩
223 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More