La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire. - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2010

La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire.

Claire Max Soussen

Abstract

Claude Denjean et Laurent Feller (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I. Le besoin d'expertise, Collection de la Casa de Velázquez (139), Madrid, 2013, pp. 37-52. La cachErout ou Le besoin d'une expertise juiVe en Matière aLiMentaire Claire soussen université de cergy-Pontoise si elle paraît anecdotique de prime abord, la question de la cacherout 1 en géné-ral et du besoin d'expertise qu'elle induit dans les relations entre juifs et chrétiens est en réalité fondamentale. L'alimentation, préoccupation quotidienne largement partagée, est d'autant plus sujette à problèmes pour les juifs en diaspora, qu'elle est soumise à un certain nombre d'obligations et de règles établies par la Loi juive, la halakha 2 , auxquelles les juifs ne peuvent en aucune manière se soustraire 3. Celles-ci peuvent sans doute être facilement respectées dans un environnement juif, mais plus difficilement en chrétienté. et, précisément, signe de cette importance, on note la récurrence des questions alimentaires, singulièrement de celles ayant trait à la boucherie, soulevées dans les documents évoquant les relations entre juifs et chrétiens au Moyen Âge 4. Mais l'alimentation est intéressante à plus d'un titre, 1 terme hébraïque qui désigne l'ensemble des règles qui définissent la pureté rituelle en matière d'alimentation auxquelles les juifs sont soumis en théorie. 2 Le terme halakha désigne la Loi juive qui tire ses règles de la torah, ou pentateuque, et ses prolongements ou explications du talmud. Les prescriptions relatives à l'alimentation sont exposées dès la Genèse, 3-4 : « tout ce qui se meut, tout ce qui vit, servira à votre nourriture, de même que les végétaux, je vous livre tout. toutefois, aucune créature, tant que son sang maintient sa vie, vous n'en mangerez. » on voit donc que, dans un premier temps, hormis l'obligation de s'assurer que l'animal est bien mort, aucune restriction n'est posée quant aux animaux consommables. des restrictions assez nombreuses interviennent dans la suite du livre, ce qui rend infiniment complexes les prescriptions alimentaires, puis sont distillées tout au long du texte biblique essentiellement dans le Lévitique et le deutéronome. Les prescriptions concernent à la fois les animaux consommables et les non-consommables (c'est le cas en particulier dans Lévitique 11, 1-47, qui détaille longuement les espèces (bétail, poisson, volatils, insectes) et les tolérances ou restrictions qui les affectent à commencer par Lévitique 11, 3 : « tout ce qui a le pied corné et divisé en deux ongles, parmi les ruminants, vous pouvez le manger ») et les règles de préparation que requiert la pureté rituelle. 3 pour un exposé clair et exhaustif de ce qu'est la halakha, son évolution et ses développements, voir G. j. Blidstein, « La halakha comme norme socio-constitutionnelle ». 4 La documentation analysée pour cet article est principalement constituée de deux corpus : les responsa hébraïques de salomon ben adret (dit rashba selon son acronyme), responsable de la communauté juive de barcelone dans la seconde moitié du xiii e siècle, édités dans le Cd-rom responsa Project de l'université bar-ilan ; et les documents de la pratique conservés dans les registres de la chancellerie aragonaise aux archives de la Couronne d'aragon à barcelone (ci-après aCa).

Domains

History
Fichier principal
Vignette du fichier
« La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire ».pdf (242.38 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01704138 , version 1 (09-02-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01704138 , version 1

Cite

Claire Max Soussen. La cacherout ou le besoin d’une expertise juive en matière alimentaire.. Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, Oct 2010, Toulouse, France. ⟨hal-01704138⟩
196 View
579 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More