La prosodie - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2003

La prosodie

Abstract

Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents les nombreuses études sur le langage et les fonctions linguistiques au niveau du mot, de la phrase et du texte portent principalement sur l’implication de l’hémisphère gauche. Pourtant dès les premières études sur l’écoute de textes des activations bilatérales dans le gyrus frontal inférieur (aire de Broca) et des gyri temporaux supérieur et moyen on été rapportées (Mazoyer et al., 1993). Cette implication de l’hémisphère droit serait liée au traitement de la pragmatique du langage, c’est-à-dire la définition du contexte énonciatif, le traitement des gestes et expressions du visage, de la prosodie… (Bookheimer, 2002). Nous avons choisi de traiter de la prosodie dans ce chapitre car, avec les aspects ortholinguistiques du langage, elle constitue le cœur de la communication orale. Son atteinte entraîne un handicap sérieux conduisant à l’incompréhension de l’entourage, à l’exclusion de la vie sociale… Pourtant la prosodie a fait l’objet de relativement peu d’études et, si le premier cas d’aphasie a été décrit au 19ième siècle (voir chapitre 1), la notion d’aprosodie n’a fait son apparition dans la littérature qu’après la seconde guerre mondiale (Ross & Mesulam, 2000). La prosodie est également un parent pauvre de la linguistique et alors qu’il existe de nombreux modèles du traitement syntactico-sémantique peu de travaux ont cherché à intégrer les paramètres acoustiques (fréquence fondamentale, durée, intensité) afin de définir un modèle complet et uniforme de la prosodie (Lacheret-Dujour & Beaugendre, 1999). La première partie de ce chapitre qui est focalisée sur le traitement prosodique au niveau de la phrase et du texte offre un modèle de la prosodie d’un point de vue linguistique, puis dans la seconde partie nous ferons une synthèse des données de neurospsychologie et d’imagerie fonctionnelle. Comme nous allons le voir il n’existe pas de correspondance directe entre les modèles et les composants de la prosodie proposés par les modèles de linguistique tels qu’ils ont été exposés ici et les études menées en neuropsychologie et en imagerie fonctionnelle. Si la linguistique s’est appliquée à comprendre les mécanismes aboutissant à la production et la compréhension des prosodies la neuropsychologie s’est attachée à définir un symptôme : l’aprosodie et sa localisation cérébrale. Ces premières études se sont principalement intéressées à la spécialisation hémisphérique de la prosodie – parce qu’elle apparaissait différente de celles des autres fonctions langagières- et à établir des distinctions entre deux types de prosodie seulement: linguistique et émotionnelle. L’imagerie fonctionnelle a pour le moment un nombre très restreints d’études de la prosodie à son actif. Celles-ci, dans la suite de la neuropsychologie, se sont également limitées à comparer les bases neurales des prosodie émotionnelle et linguistique en s’attachant, là encore, à la question de la mise en jeu de l’hémisphère droit. On voit qu’un champ de recherche très large est ouvert à l’interface de la linguistique et des neurosciences cognitives pour comprendre comment la prosodie, avec les fonctions ortholinguistiques, concourent à la construction du discours et à son interprétation.
No file

Dates and versions

hal-01576009 , version 1 (22-08-2017)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01576009 , version 1

Cite

Virginie Beaucousin, Anne Lacheret-Dujour, Nathalie Tzourio-Mazoyer. La prosodie. Olivier Etard; Nathalie Tzourio-Mazoyer. Cerveau et langage, Hermès science publ. : Lavoisier, pp.223-247, 2003, (Traité des sciences cognitives), 2-7462-0767-2. ⟨hal-01576009⟩
563 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More