Rôle social, représentation et mauvaise foi chez Erving Goffman. Variations sur un thème sartrien - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Alter : revue de phénoménologie Year : 2009

Rôle social, représentation et mauvaise foi chez Erving Goffman. Variations sur un thème sartrien

Abstract

Cet article examine la dette d’Erving Goffman à l’égard de la phénoménologie sartrienne : la métaphore théâtrale de La Présentation de soi, premier texte publié par Goffman après sa thèse de doctorat en 1956, ne peut se comprendre sans les célèbres analyses du philosophe sur la mauvaise foi développées dans L’être et le néant. Si l’imprégnation sartrienne diminue dans les œuvres postérieures, l’influence du philosophe n’en demeure pas moins présente. Cet héritage phénoménologique apparaît tout aussi décisif pour comprendre certaines des analyses-clés de la sociologie goffmanienne que paradoxal : en effet, Goffman s’appuie sur les analyses sartriennes de la mauvaise foi tout en considérant que la personne peut être réellement ce qu’elle joue et donc qu’elle ne se ment pas à elle-même. Ce faisant, l’analyse de cette « belle infidèle » s’avère très instructive pour éclairer un des points aveugles de la sociologie goffmanienne : la question de l’identité personnelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
Rôle social.pdf (463.69 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Licence : CC BY NC ND - Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Dates and versions

hal-01493299 , version 1 (24-03-2017)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : hal-01493299 , version 1

Cite

Céline Bonicco-Donato. Rôle social, représentation et mauvaise foi chez Erving Goffman. Variations sur un thème sartrien. Alter : revue de phénoménologie, 2009, Le monde social, 17. ⟨hal-01493299⟩
480 View
5881 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More