Immédialité intra-active et intermédialité esthétique - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2016

Immédialité intra-active et intermédialité esthétique

Abstract

Yves Citton, « Immédialité intra-active et intermédialité esthétique » à paraître en traduction italienne dans la Rivista italiana d'estetica en 2017 Yves Citton Immédialité intra-active et intermédialité esthétique Les définitions habituelles de l'intermédialité et de l'interactivité présupposent de confortables séparations : il y a des sujets humains (artistes ou spectateurs) qui font porter leur attention sur des objets esthétiques (images, textes, sons) – les questions étant de savoir si ces objets passent d'un medium à l'autre (inter-médialité) et si les sujets spectateurs sont reconnus comme jouant une part active dans la production desdits objets (inter-activité). Dans tous les cas, on est dans un entre-deux qui postule et respecte une certaine extériorité séparant la sphère des objets de celle des sujets. Au pire, on ne sait plus nommer de quel medium différencié il s'agit, ou on ne sait plus distinguer entre les producteurs et les récepteurs de l'oeuvre. Même si l'on parle d'entre-deux (inter-), l'oeuvre reste sagement d'un côté, et nous de l'autre. J'aimerais réfléchir ici à une autre forme d'intermédialité et d'interaction – où ce sont nous, les sujets humains, qui sommes dans l'espace inter-médiaire. Nous n'y sommes plus en face d'images à produire ou à contempler, nous ne sommes plus devant des media qui entremêlent leurs différences génériques : nous sommes dedans, immergés dans les circulations médiatiques – in medias res mediaticas – dans un état à la fois parfaitement banal et parfaitement traumatique d'im-médialité. Nous sommes bien « entre » les media, mais au sens où l'on se trouve marcher « parmi » une foule en mouvement : au milieu d'elle et largement fondu en elle et par elle. Alors que l'inter-activité préserve l'individualité des sujets dont elle occasionne le renversement des rôles, on est ici partie prenante de phénomènes que Karen Barad a qualifiés d'intra-actions : c'est tout un agencement dont nous faisons partie qui agit sur lui-même à travers nous ; nous sommes l'un des inter-médiaires de cette intra-action. Le renversement des rôles est alors bien plus inquiétant : nous devenons images, tandis que les images deviennent sujets. On parle souvent dans ces cas d'« illusion » – terme qu'il faut entendre dans le sens fort (et ubiquitaire dans le monde social) que lui a donné Pierre Bourdieu : l'illusio est le jeu (-ludus) dans (in-) lequel je suis pris bien au-delà de mon contrôle, tout en sachant que je suis en train de jouer. Dans quelle mesure un médiartivisme reste envisageable au sein de cette immersion illusoire dans l'immédialité, et dans quelle mesure une autre définition de l'intermédialité esthétique peut y jouer un rôle – c'est ce qu'essaiera d'éclaircir cet article.

Domains

Literature
Fichier principal
Vignette du fichier
Citton-ImmedialiteIntraactiveIntermedialiteEsthetique-RIE-2016.pdf (312.26 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01373092 , version 1 (10-10-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01373092 , version 1

Cite

Yves Citton. Immédialité intra-active et intermédialité esthétique. 2016. ⟨hal-01373092⟩

Collections

UGA CNRS LITTARTS
283 View
736 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More