Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2009

Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique

Abstract

In this paper, I propose to give a sociocognitive answer to a question raised by the semantic externalism hypothesis, which I sum up as follows : where is meaning ? This question gives rise to others : is human linguistic activity localized somewhere ? and if it is so case : is linguistics itself localized somewhere, i.e. closed into disciplinary boundaries, and do linguists have to consider linguistic phenonemons only by means of linguistic tools only, or may they use non linguistic theories and instruments ? In other words, is linguistic science only a linguistic practice ? I will first show that the externalist hypothesis in linguistic science is not a recent one, by describing theories of meaning which may be considered as externalist proposals (Bakhtin's theory of contextual meaning, Pêcheux's marxist discursive semantics and recent works in the field of social cognition, especially Varela's enactivism). Then I will explain why linguists have, according to me, to give up the old cartesian binary way of thinking language and meaning (the « vs » way : in vs out), to take up a scalar conception which supposes that there is no gap between internal and external datas of linguistic activity (the « - » way : in-out). Following Clark's active externalism, Sinha's mediated mind and Latour's interobjectivity, I will at last propose a renewed version of the concept of prediscursive frames, which permits, as part of a symmetrical linguistics, to account of the « - » way of thinking linguistic activity.
Dans cet article, je propose de donner une réponse sociocognitive à la question posée par l'hypothèse de l'externalisme sémantique, que je résumerai ainsi : où est le sens ? Cette question en entraîne d'autres : l'activité linguistique de l'homme est-elle située quelque part ? et si c'est le cas : la linguistique est-elle elle-même située voire circonscrite quelque part ? autrement dit : la linguistique doit-elle se constituer d'elle-même ou également de ses extérieurs disciplinaires ? autrement dit encore : doit-on décrire et expliquer le langagier uniquement avec du linguistique ? Ma proposition implique de répondre à ces questions et c'est ce que suggère le sous-titre « Pour une linguistique symétrique », inspiré de l'« anthropologie symétrique » de B. Latour, approche considérant les objets de l'environnement non humain comme des contributeurs actifs aux activités sociales des agents humains. Je rappellerai d'abord des propositions faites en linguistique sur l'extériorité de l'activité langagière et de la production du sens, qui sont peut-être rarement mentionnées dans le mainstream des travaux en sémantique ; je poserai ensuite le cadre de mon travail en proposant une version scalaire et non binaire de l'opposition extérieur vs intérieur, appuyée sur des travaux en cognition sociale, ce qui m'amènera à décrire les présupposés d'une « linguistique symétrique », à partir de la notion de prédiscours.
Fichier principal
Vignette du fichier
RPN.paveau-reims_2009.pdf (199.25 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-00477257 , version 1 (28-04-2010)

Identifiers

  • HAL Id : hal-00477257 , version 1

Cite

Marie-Anne Paveau. Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique. Res per nomen 2, May 2009, Reims, France. pp.21-31. ⟨hal-00477257⟩
485 View
1087 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More