Rainfall erosion risk mapping in volcanic soils of Santiago Island, Cape Verde Archipelago - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Africa Geoscience Review Year : 2007

Rainfall erosion risk mapping in volcanic soils of Santiago Island, Cape Verde Archipelago

Abstract

Surface runoff and soil erosion are major threats to sustainable agriculture and mapping regional erosion risk is increasingly needed by local, national and international environment agencies. Because erosion results from the interaction of several parameters which vary in space and time, no simple model can take into account all relevant factors, particularly in cultivated areas where human influences are predominant. The aim of this work is to develop a methodology based firstly on Le Bissonnais's model and to apply it to evaluate the erosion risk on the Santiago Island in Cape Verde archipelago. According to the model, the rainfall erosion map revealed that Santiago Island may be broadly divided into five major erosion risk zones. While bare soils and rain fed sectors are respectively in the severe to extremely severe erosion risk zone with 916 km 2 , this is 91 % of Santiago's area. The coastal sector of Santiago is generally in the low erosion risk zone; the irrigation and forest sectors are in the very low erosion risk zone; the arbored sector is generally in the moderate erosion risk zone.
Le ruissellement superficiel et l’érosion des sols représentent de sérieuses menaces pour l’agriculture durable. En effet, la cartographie du risque d’érosion au niveau régional devient alors un outil performant pour les agences nationales et internationales qui s’occupent de l’environnement. La complexité de l’érosion résulte du fait de l’interaction de plusieurs paramètres variant dans le temps et dans l’espace. De ce fait, il est difficile, avec un modèle simple, de prendre en considération tous les facteurs, particulièrement dans les zones cultivées où l’influence de l’homme prédomine. Ainsi, l’objectif de ce travail consiste a développer une méthode basée d’abord sur celle de Le Bissonnais et al. (2001, 2002) et ensuite de l’appliquer pour évaluer le risque d’érosion sur l’île de Santiago dans l’archipel du Cap Vert. Selon le modèle développé, la carte de l’érosion hydrique montre que l’île de Santiago peut être divisée en cinq zones majeures de risque d’érosion. Les secteurs où on retrouve les terres nues et l’agriculture pluviale présentent un risque d’érosion compris entre sévère et extrêmement sévère ; ces secteurs occupent une superficie de 916 km 2 , ce qui représente 91 % de l’île de Santiago. Par contre, la zone côtière présente un risque d’érosion faible. Les zones où on pratique l’agriculture irriguée et celles forestières présentent un risque d’érosion très faible. Enfin, les zones arborisées sont comprises dans un secteur où le risque est qualifié de modéré.
Fichier principal
Vignette du fichier
RainfallErosion.pdf (1.1 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-00357189 , version 1 (20-02-2021)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-00357189 , version 1
  • PRODINRA : 248698

Cite

Jacques de Pina Tavares, Philippe Amiotte-Suchet. Rainfall erosion risk mapping in volcanic soils of Santiago Island, Cape Verde Archipelago. Africa Geoscience Review, 2007, 14 (4), pp.399-414. ⟨hal-00357189⟩
100 View
69 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More