Les restes de Mustela nivalis Linnaeus, 1766 (Carnivora, Mustelidae) du gisement Pléistocène inférieur de Montoussé 5 (Hautes-Pyrénées, France) - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Comptes Rendus. Palevol Année : 2022

Les restes de Mustela nivalis Linnaeus, 1766 (Carnivora, Mustelidae) du gisement Pléistocène inférieur de Montoussé 5 (Hautes-Pyrénées, France)

(1) , (2)
1
2

Résumé

Remains of the weasel Mustela nivalis Linnaeus, 1766 (Mammalia, Carnivora) from the Early Pleistocene breccia of Montoussé 5 (Hautes-Pyrénées, South-West France). The palaeontological site of Montoussé (Montoussé, Hautes-Pyrénées, France) was discovered by Édouard Harlé in 1892. Montoussé Breccia 5 is dated from the Early Pleistocene (1.2-1.5 Ma). It has yielded a large number of small to medium-sized species, including a homogeneous series and important sample of small mustelids. We provide here a morphological and metrical analysis of these 52 mustelid specimens in order to provide identification keys that differentiate the weasel Mustela nivalis Linnaeus, 1766, the stoat Mustela erminea Linnaeus, 1758, and their fossil relatives Mustela praenivalis Kormos, 1934 and Mustela palerminea Pétenyi, 1864. The specific identifications are discussed in chrono-climatic context. These small carnivores are particularly sensitive to climatic variations and a correlation is established between their size and the environment. A better knowledge of inter- and intra-specific variability of these species could lead to making them valid paleoenvironmental markers. The study of variability in the fossil forms raises doubts about their specific value.
Le gisement paléontologique de Montoussé (Montoussé, Hautes-Pyrénées, France), découvert par Édouard Harlé en 1892, est daté du Pléistocène inférieur (1,2-1,5 Ma) pour la brèche 5. Elle renferme un grand nombre d’espèces de petite à moyenne taille, dont une série homogène et importante en terme de restes de petits mustélidés. Cet article se concentre sur leur analyse morphologique et ostéométrique à travers un corpus de 52 restes. Nous proposons ici une analyse morphologique et métrique, afin de produire des clefs d’identification discriminant la belette Mustela nivalis Linnaeus, 1766 de l’hermine Mustela erminea Linnaeus, 1758, ainsi que leurs formes fossiles respectives Mustela praenivalis Kormos, 1934 et Mustela palerminea Pétenyi, 1864. Cette identification spécifique est discutée à la lumière du contexte chrono-climatique. En effet, ces petits carnivores sont particulièrement sensibles aux variations climatiques et une corrélation est établie entre leur taille et l’environnement. Une meilleure connaissance de la variabilité inter et intraspécifique de ces espèces pourrait conduire à en faire des marqueurs paléoenvironnementaux valables. L’étude de la variabilité chez les formes anciennes remet en question leur valeur spécifique.
Fichier principal
Vignette du fichier
comptes-rendus-palevol2022v21a28-pdfa.pdf (4.75 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03817921 , version 1 (25-10-2022)

Licence

Paternité - CC BY 4.0

Identifiants

Citer

Camille Thabard, Jean-Baptiste Fourvel. Les restes de Mustela nivalis Linnaeus, 1766 (Carnivora, Mustelidae) du gisement Pléistocène inférieur de Montoussé 5 (Hautes-Pyrénées, France). Comptes Rendus. Palevol, 2022, 21 (28), pp.595-618. ⟨10.5852/cr-palevol2022v21a28⟩. ⟨hal-03817921⟩
0 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More