Auguste Trillat : Epidémiologie et immunologie de guerre - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Revue d'Histoire des Sciences Year : 2014

Auguste Trillat : Epidémiologie et immunologie de guerre

(1, 2)
1
2

Abstract

In the second half of the nineteenth century, the French chemist, engineer and biologist Auguste Trillat patented the now well-known formol. During his quite successful scientific and industrial career, he came to play important parts in the French political and scientific framework of the beginning of the twentieth century, when hygienism was with its apogee. In 1905, A. Trillat became head of the Pasteur Institute's applied hygiene research department, in Paris. His main engineering activities consisted in producing chemical disinfection devices. His concern for hygiene, which contributed to a great extent to his success, led him to create an original epidemiological theory: the condensation cores theory. He claimed that microbial agents could behave as cores of micro droplets, and that this property enhanced the propagation of diseases through air. This theory and his studies on the dynamics of epidemics led him to improve the methods of epidemiology, by showing that various parameters, among which but not exclusively the pathogenic properties of the microbial agents themselves, had to be taken into account in order to understand the course of an epidemic, its seriousness and extension. His theory's success and his technical devices led Trillat to play a central part, after World War I, in the creation and development of the first French biological and chemical weapons state program.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le chimiste, ingénieur et biologiste français Auguste Trillat breveta un composé chimique du formaldéhyde, à présent connu sous le nom de formol. Il eut une carrière scientifique et industrielle brillante, au cours de laquelle lui furent confiées des responsabilités importantes dans le cadre scientifique et politique français du début du XXe siècle, quand l'hygiénisme connaissait son apogée. En 1905, Trillat devint chef du service des recherches appliquées à l'hygiène à l'institut Pasteur, à Paris. En tant qu'ingénieur, il inventa des appareils de désinfection chimiques et les premiers autoclaves. Son intérêt pour l'hygiène, qui contribua fortement à son succès, le conduisit aussi à formuler une théorie épidémiologique originale : la théorie des noyaux de condensation. Il soutenait que les microbes pouvaient jouer le rôle de noyaux dans des gouttelettes microscopiques, et que cette propriété favorisait leur diffusion par l'air. À travers cette théorie et ses études sur la dynamique des épidémies, Trillat apporta une contribution majeure à l'épidémiologie de son temps, en montrant que des paramètres variés et indépendants des propriétés infectieuses des microbes considérés favorisaient l'occurrence d'épidémies et déterminaient leur gravité et leur ampleur. Le succès de sa théorie et de ses inventions techniques le conduisit à jouer un rôle central dans la création et le développement du premier programme français d'armement biologique et chimique, après la première guerre mondiale.
Not file

Dates and versions

halshs-00950073 , version 1 (20-02-2014)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00950073 , version 1

Cite

Etienne Aucouturier. Auguste Trillat : Epidémiologie et immunologie de guerre. Revue d'Histoire des Sciences, 2014, 67 (1), pp.111-146. ⟨halshs-00950073⟩
181 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More