Pour un nouveau paradigme. La dichotomie conceptuelle entre espace et temps est (devenue) un obstacle aux progrès de la pensée : commençons par le mouvement ! - Archive ouverte HAL Access content directly
Other Publications Year : 2014

Pour un nouveau paradigme. La dichotomie conceptuelle entre espace et temps est (devenue) un obstacle aux progrès de la pensée : commençons par le mouvement !

(1, 2, 3)
1
2
3

Abstract

Ce qui est réel, ce n'est pas l'espace ; ce qui est réel, ce n'est pas le temps. Ce qui est réel, c'est le lien entre l'espace et le temps. Pour parler, nous avons besoin de disjoindre ce qui nous est donné assemblé dans le réel, nous avons besoin de dire l'espace seul (imaginant un ailleurs sans que vienne même à l'esprit, comme si c'était possible, un temps qui le rejoigne) et de dire le temps seul (imaginant un moment autre sans que vienne même à l'esprit, comme si c'était possible, un espace où il s'engendre tel), donnant à l'un et l'autre une valeur quasi-substantielle. Appelons mouvement l'appréhension primaire d'un morceau du réel, alliage de l'espace et du temps, construits en composition l'un avec l'autre : espace, amplitude du mouvement ; temps, procès du mouvement. Espace, mouvement arrêté ; temps, mouvement continué. Espace, mouvement négligé ; temps, par comparaison, mouvement apprécié. Longueurs et durées sont également des morceaux de mouvement. La non-unicité des définitions vient de l'inévitable autoréférence de la pensée compréhensive relationnelle, produite par des observateurs situés dans le monde : mobilité et immobilité sont pensées ensemble. Il faut en somme comparer plusieurs mouvements pour appréhender un mouvement. Dans l'ensemble de sa marche, notre pensée combine l'association et la dissociation, le moment compréhensif d'images (reliées à des expériences cognitives de divers types), et le moment disjonctif des mots. Le premier moment et ses cycles de récursivité doit être stabilisé et, pour cela, nous devons nous appuyer sur une pratique, toujours à reprendre, non sur des définitions impossibles à donner une fois pour toutes ; et rattacher cette pratique à ce qui ressemble à une pensée substantielle, au moins sous forme de " comme si " : comme si nous pouvions regarder le monde de l'extérieur et en décréter les lois (ainsi la constance du mouvement de la lumière en physique : les étalons d'espace et de temps sont aujourd'hui remplacés par un unique étalon de mouvement, celui de la lumière). Il est indispensable que nos outils intellectuels épousent au plus près le fonctionnement du réel. Reconsidérons alors tout du point de vue du mouvement, " avant " même l'espace et le temps, et faisons évoluer notre compréhension aussi bien de l'espace et du temps que du mouvement. Le jeu en vaut la chandelle. Il nous libère des carcans et des embarras d'une dualité devenue figée et sclérosante à l'œuvre dans tous les domaines, de la linguistique à la physique, en passant par les arts et la philosophie. Il nous amène à saisir la part d'arbitraire dans la construction, à partir de la multiplicité des relations, de l'espace et du temps, dont le fond continue de nous échapper ; il nous amène à voir les multiples transhumances observées entre espace et temps, non comme des hasards, mais comme constitutives de la réalité, loin d'un schéma bipolaire. Il apporte enfin de nouvelles règles pratiques pour la compréhension et l'action. En continuité avec ce qui a déjà été pensé, nous percevons de grandes et nouvelles perspectives, des recherches à entreprendre. La variété des points de vue possibles sur le monde, suivant les mouvements relatifs des observateurs et des choses observées, n'évite pas des distorsions sur les valeurs attribuées à l'espace et au temps, mais sans jamais effacer leur lien originaire. Le mystère, le pari, de la familiarité de l'espace et du temps n'est-il pas plus proche de la réalité que le mystère, le pari, d'un temps envisageable seul, et d'un espace envisageable seul ?
Not file

Dates and versions

hal-00982215 , version 1 (23-04-2014)

Identifiers

  • HAL Id : hal-00982215 , version 1

Cite

Bernard Guy. Pour un nouveau paradigme. La dichotomie conceptuelle entre espace et temps est (devenue) un obstacle aux progrès de la pensée : commençons par le mouvement !. 2014. ⟨hal-00982215⟩
256 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More